La DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie de la rétine consécutive au vieillissement pathologique de la macula (partie centrale de la rétine assurant la vision centrale fine et la vision des détails), et touche des patients âgés de plus de 50 ans. Dans cette pathologie, la vision périphérique est habituellement préservée. Le risque de survenue augmente avec l’âge pour dépasser 25% de la population après l’âge de 75 ans. Il existe une composante génétique avec un risque plus élevé s’il existe des antécédents familiaux de DMLA. Le tabac en est également un facteur de risque.

La maculopathie liée à l’âge (MLA) est le stade précurseur de cette maladie, avec peu de retentissement visuel. Il existe des drusens au fond d’œil dus à une accumulation de résidus de la phagocytose des photorécepteurs par les cellules de l’épithélium pigmentaire (petits « dépôts » sous la rétine). En fonction de l’atteinte, des compléments alimentaires peuvent être prescrits.

Un suivi ophtalmologique régulier est nécessaire avec examen du fond d’œil et réalisation d’un OCT, ainsi qu’une autosurveillance : il faut consulter en urgence en cas de baisse de vue brutale, d’apparition d’une tâche sombre centrale (scotome) ou en cas de vision déformée (métamorphopsies).

Cette forme peut ou non évoluer vers la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) dont il existe deux formes :

 

La DMLA atrophique dite « sèche » : la rétine s’amincit progressivement sur plusieurs années avec une diminution lente de l’acuité visuelle centrale surtout à la lecture. Des compléments nutritionnels peuvent être prescrits. Il n’y a pas de traitement curatif de cette forme à ce jour mais des protocoles de traitement sont à l’étude. Si la baisse de vue est sévère, des aides basse vision sont proposées (rééducation ou appareils grossissants).

 

La DMLA exsudative dite « humide » est la forme la plus agressive due à des vaisseaux anormaux qui exsudent (« fuient ») sous la rétine. Elle est responsable d’une baisse de vue souvent brutale, de vision déformée, de formation d’une tâche sombre au centre de la vision. Cette forme de DMLA est une urgence thérapeutique qui doit motiver la consultation d’un ophtalmologiste dans les 48h.  Le bilan réalisé comporte notamment la réalisation d’un fond d’œil et d’un OCT. Le traitement de cette forme consiste en des injections intravitréennes (IVT) dans l’œil d’un produit (anti-VEGF) luttant contre la prolifération vasculaire. Ces traitements stabilisent la maladie, peuvent la faire partiellement régresser mais ne la guérissent pas.


Associations de patients :
www.association-dmla.com
www.retina.fr

HAUT